BIENVENUE SUR MON BLOG

si mon blog vous plaît, laissez-moi un petit com... merci

Santé du Chat : la PIF 1


LA PIF ou Péritonite Infectieuse Féline

JUIN 2011 - Etant confrontée à cette affection depuis plus de 15 ans maintenant, je souhaite partager avec vous l'expérience que j'en ai retirée (mais dont je me serais bien passé). J'ai sélectionné un certain nombre de renseignements dans des articles vétérinaires écris par des spécialistes que j'ai eu l'occasion de lire...

1ère partie : les coronavirus
2è partie : la Pif
3è partie : mes observations


1 - les coronavirus 

Il existe des dizaines de souches différentes de coronavirus félins (FCoV). On distingue les coronavirus entéritiques (FECV) qui se multiplient dans l'intestin et ont un pouvoir pathogène faible ou nul, provoquant des diarrhées plus ou moins sévères selon les individus, voir peuvent passer presque inaperçus, et les coronavirus provoquant la PIF (FIPV), capables, eux, de se multiplier dans les macrophages et d'envahir tout l'organisme. Or, on s'est aperçu que cette différence de pouvoir pathogène n'était pas aussi automatique qu'on le pensait parce que ces différents virus sont très proches d'un point de vue antigénique et génétique et que l'une des principales caractéristiques des coronavirus est leur fort pouvoir de mutation, cette mutation se faisant dans le sens d'un accroissement du pouvoir pathogène. Ainsi un corona entéritique banal devient pathogène par mutations successives et donc producteur de Pif.

La transmission se fait par ingestion ou inhalation à partir de la salive et des selles de chats infectés, soit directement de chat à chat, soit indirectement à partir des gamelles ou des bacs à litière (surnommé Maladie des bacs à litière).
Les coronavirus sont très infectieux: 95% à 100% des chats en contact avec un chat infecté sont contaminés en 2 semaines  ( c'est exact, j'ai eu plusieurs fois l'occasion de le constater).
Le virus est excrété dans les selles et la salive pendant plus de 8 mois après séroconvertion et jusqu'à 12 à 24 mois. Environ un chat séropositif sur trois est excréteur. Les chats en cours de PIF ne seraient plus excréteurs.
Les coronavirus peuvent résister 2 semaines dans un milieu ambiant humide, et jusqu'à 49 jours en milieu sec. Par contre, ils sont sensibles à la plupart des désinfectants usuels.
Les tests de dépistage ne font pas de différence entre les divers coronavirus et un chat séropositif est un chat qui a été en contact avec un corona et qui a produit des anti-corps sans que l'on puisse préjuger de son avenir.....
Les chattes séropositives transmettent à leurs petits des anti-corps qui les protègent durant seulement 4 à 5 semaines. Un cas précis arrivé chez moi: une chatte suitée de 4 bébés âgés d'environ 4 semaines, testée positive à son arrivée car douteuse à mes yeux (le but du test étant seulement de faire des statistiques personnelles et d'avoir des preuves de mes constatations), mise en quarantaine stricte dès son arrivée. Les chatons qui avaient des selles normales en arrivant ont commencé à développer de la diarrhée une semaine plus tard, à vomir et à s'affaiblir pour l'un d'entre eux qui serait probablement mort s'il n'avait été soigné. On peut penser qu' un certain nombre de chatons décèdent ainsi dans la nature et dans les refuges par simple gastro-entérite à coronavirus.

Un coronavirus devient pathogène, au sens producteur de Pif, lorsqu'il est capable d'infecter les macrophages (celules du système immunitaire). Dans ce cas, il va pouvoir circuler dans tout l'organisme. Celui-ci répond en fabriquant des quantités importantes d'anti-corps. Or, fait troublant, ces anti-corps n'apportent aucun bénéfice au chat car ils forment avec les virus des complexes immuns qui, en se déposant sur la paroi des vaisseaux, vont provoquer des lésions de ces derniers (vascularite). Les symptômes dépendent donc des vaisseaux atteints et peuvent concerner tous les organes (y compris le cerveau bien sûr) lesquels sont détruits petit à petit.  Nous sommes dans la Pif !!


2 - la Pif

Il existe 3 formes de Pif :

- la forme humide ( la plus aigüe)
- la forme sèche ou granulomateuse ( chronique)
- la forme nodulaire intestinale (découverte plus récemment)

Je serai brève dans la description car il existe de nombreux sites sur le sujet pour ceux qui veulent en savoir plus, je mettrai des liens en fin d'article. Là, je vais faire un texte mêlant les données habituellement décrites en grandes lignes et mes données personnelles, fruit de nombreuses années d'observation d'un grand nombre de cas de Pif sèche au sein de ma communauté féline.

La forme humide :

Elle est due à un phénomène d'hypersensibilité: les fameux complexes immuns se déposent sur la paroi des vaisseaux sanguins entraînant l'apparition de lésions (vascularite) et la fuite des protéines plasmatiques vers les grandes cavités (thorax, abdomen, péricarde et parfois enveloppes scrotales chez le mâle entier).
C'est la forme la plus connue de la Pif, la plus aigüe aussi sans pour autant être suraigüe, mais celle qui tue le plus rapidement le malade, en quelques jours mais le plus souvent en quelques semaines. Elle se présente donc sous la forme d'une collection de liquide (ascite) dans les grandes cavités, associée à une fonte musculaire. En cas d'atteinte abdominale, le chat finit par ressembler à une chatte maigre prête à mettre bas.....si l'épanchement est thoracique, le chat présente une dyspnée de plus en plus importante qui ne cède à aucun traitement et asphyxie le malade à petit feu. A l'auscultation, on note une diminution des bruits cardiaques, le coeur étant entouré de liquide.
On lit souvent que la forme humide est la forme la plus courante de la Pif.... ce que je n'ai pas constaté chez moi, au contraire!

La forme sèche :

C'est la forme chronique de la Pif. Elle évolue sur de nombreux mois et probablement même sur plusieurs années dans bien des cas. Dans cette forme, les dépôts d'immuns complexes provoquent des inflammations périvasculaires en surface des organes et à l'intérieur de ceux-ci. Ces infiltrats se présentent sous forme de granulomes blanchâtres de tailles diverses et sont à l'origine du dysfonctionnement de l'organe atteint jusqu'à sa destruction. Ces lésions peuvent atteindre les divers organes du corps, y compris le cerveau, la moelle épinière  et les nerfs, et en général plusieurs organes sont touchés. Très souvent une anémie non régénérative est présente. On note de l'insuffisance rénale, des pancréatites chroniques, des hépatites, accompagnées ou non de diarrhées, avec hypertrophie des ganglions mésentériques, des splénomégalies (grosse rate), des uvéites, des troubles nerveux divers : tremblements ou port anormal de la tête, ataxie, nystagmus, changement de caractère, hyperesthésie, crises convulsives, agressivité, paralysies.... , des pneumonies interstitielles....Dans tous les cas, l'état du chat se dégrade progressivement, il maigrit de plus en plus exception faite de certains cas neurologiques qui apparaissent subitement sur des chats en parfait état et sans autres symptômes.

La forme nodulaire intestinale :

Décrite en 1996, cette forme particulière et plus rare de Pif affecterait plutôt des jeunes chats de moins d'un an atteints de diarrhée chronique. On trouve une masse intestinale ferme, blanche, contenant des pyogranulomes multifocaux et située dans la paroi de l'intestin à la jonction iléo-coecale et parfois dans le colon. Elle est associée à une hypertrophie des ganglions mésentériques. L'aspect macroscopique des ces masses est identique à celui de tumeurs de type lymphosarcome. Seule l'analyse histologique permet de les différencier.

3 - Mes observations

Un très grand pourcentage des chats qui vivent en communauté dans des lieux publics ou privés présentent des diarrhées plus ou moins sévères et chroniques qui sont souvent mises sur le compte de tout un tas de choses mais qui sont, en réalité, bien dues à la présence d'un coronavirus dans l'effectif. Il en va de même dans un pourcentage un peu moindre, des chats vivant seuls. Ainsi, les premiers chats recueillis par Héméra en 1998 étaient atteints de diarrhées chroniques rebelles que j'ai essayé en vain de soigner pendant de nombreuses semaines. Certains chats ont réglé leur problème tout seuls au bout de quelques mois, d'autres sont restés sujets à une fragilité intestinale. Il en a été de même dans les années suivantes, quasi tous les groupes de chats récupérés présentaient des diarrhées chroniques.
Mon 1er cas de Pif répertorié comme tel et qui était une Pif humide abdominale date de fin 2000. Un second cas identique eu lieu 1 an après et, avec 1 cas de pif humide thoracique en 2010, ce sont les seuls cas de Pif humide pure qui nous ont affectés jusqu'à ce jour. Dans les années suivantes, de plus en plus de chats décédaient assez jeunes, vers 8 - 9 ans, voir avant, soit d'insuffisance rénale ou de dégradation généralisée non déterminée. Compte tenu du coût des analyses, les diagnostics restaient vagues dans bien des cas. Et puis un jour, j'ai demandé à mon vétérinaire de pratiquer une autopsie systématique sur tous nos décès. J'ai pu faire cela grâce à sa générosité, ces autopsies étant gratuites et faites aussi "pour la science" si je puis dire. Immédiatement, les diagnostics sont tombés: Pif sèche, Pif sèche, Pif sèche.... C'était pour la plupart sans appel: présence de granulomes sur divers organes, ganglions mésentériques énormes, anémies de stades divers contrôlées de façon économique par la hauteur du culot sanguin...Bref, tous nos chats mouraient un jour ou l'autre de Pif sèche et cela continue encore aujourd'hui. A l'exception de quelques cas plutôt rares de cancers ou autres maladies ou accidents (route), nos chats meurent bien tous de la Pif et de Pif sèche! En tête, ce sont les reins qui sont détruits prématurément, d'abord hypertrophiés et décolorés, puis si le chat est encore en vie, ils se ratatinent jusqu'à devenir un petit amas informe, puis le pancréas est presque plus souvent touché que le foie avec toujours de nombreux granulomes, ce qui n'est pas souvent le cas pour le foie qui est plutôt hypertrophié et/ou dégénéré. On a souvent une splénomégalie, très souvent une anémie et toujours des  ganglions mésentériques plus ou moins hypertrophiés. Egalement un pourcentage non négligeable de cas neurologiques de toutes formes, que ce soit sur des chats en fin de maladie ou en très bon état et contrairement à ce qui est décrit partout, non associés à une uvéite! Je n'ai vu qu'un seul cas d'uvéite et qui s'est terminé en cancer du globe oculaire, reste à savoir s'il était ou non lié à la Pif qui a emporté le chat et qui n'était pas neurologique en plus.
Dans certains cas particulièrement étendus, tous les organes abdominaux sont touchés et en phase ultime, le foie est hémorragique. Dans quelques cas, on a trouvé un début d'épanchement thoracique et/ou abdominal en phase terminale.
Pour 3 cas de Pif humide, nous avons eu plus de 150 cas de Pif sèche (et je ne compte pas les 1ers cas non diagnostiqués) et probablement un cas de Pif nodulaire intestinale sur un chat de 15 mois. Bien sûr, il peut y avoir eu quelques erreurs de diagnostic, mais sur autopsie, je pense que c'est assez fiable d'autant que c'est souvent tellement criant que le doute n'est pas permis.
J'ai lu un jour un article que je n'arrive pas à retrouver mais dont je n'ai pas oublié la conclusion qui disait en substance: que probablement tous les chats qui étaient atteints de coronavirose finissaient un jour ou l'autre par mourir de la Pif, que la négativation n'existait pas vraiment et que ces chats dépassaient rarement l'âge de 12 ans. J'ai retenu cela facilement du fait que c'est exactement ce qu'il semble se passer chez nous.
Au sein des grands groupes de chats (40 ou +), j'ai remarqué que la consanguinité semble jouer un rôle important dans la capacité du chat à résister à la Pif. En effet, ce sont les chats les plus âgés du groupe qui vivent le plus longtemps, c'est-à-dire les premiers parents qui, eux, ne sont probablement pas ou très peu consanguins. Ces chats qui se croisent ensuite et se recroisent donnent des générations très consanguines qui n'offrent que très peu de résistance à la Pif. J'ai en tête plusieurs exemples de groupes dont les jeunes chats sont décédés de la Pif dans les 2 ou 3 ans suivant leur arrivée, alors que les chats qui semblaient les plus âgés ont vécu souvent 3 ou 4 fois plus longtemps. A noter que ces groupes étaient déjà atteints de coronavirose en arrivant chez nous. Pendant le travail de capture de ces groupes, il n'a pas été rare de trouver des chatons cachectiques en train de mourir dans un coin, atteints de diarrhée et de vomissements et qui n'ont pas pu être sauvés malgré les soins prodigués.
Actuellement, nous assistons à un net recul de l'âge moyen du décès par Pif de notre population féline. Nous avons eu beaucoup de morts ces dernières années principalement des chats consanguins dont j'ai parlé plus haut. Il reste maintenant les chats les plus résistants et l'âge approximatif des décès se situe plutôt aux alentour de 10 - 12 ans. Cela vient peut- être aussi du fait que nous n'avons pas rentré de très grands groupes de chats depuis quelques années.
J'ai également noté à plusieurs reprises, qu'en dehors de la consanguinité, il semble y avoir comme une prédisposition génétique à moins bien résister à la Pif. Ainsi, il n'est pas rare de voir toute une famille décimée en peu de temps, alors qu'une autre famille vivra indemne durant des années. Je pense actuellement à une portée de 4 chats recueillis en 2009 alors âgés de 3 mois et présentant quelques troubles de diarrhée chronique. Le 1er jeune est décédé à 15 mois de la forme nodulaire intestinale. Les 3 autre sont actuellement âgés de 30 mois. La petite femelle semble en bonne santé alors que les deux autres frères semblent en cours de Pif sèche depuis déjà quelques mois. C'est le cas typique d'une famille prédisposée. Voir plus bas photos d' Harold et de Caboche les deux petits malades.

En conclusion, je dirais que j'ai le sentiment que la Pif est encore très sous estimée, qu'une sorte de politique de l'autruche règne en maitre autour de cette maladie, tant de la part des éleveurs de chats (dont j'ai fait partie), que des vétérinaires, des gérants de communautés félines (refuges, asso de protection...). Que les diagnostics de Pif sèche semblent rarement posés contrairement à l'humide, ne serait-ce que par une autopsie qui n'est que rarement pratiquée...etc.... etc....la Pif est toujours tabou, un vaccin efficace n'existe toujours pas et nos chats paient un prix fort à cette maladie qui, je serais prête à parier, est la 1ère cause de décès par maladie virale chez le chat.


Harold le 28 juillet 2011 (27 mois)


La Pif fait lentement son oeuvre...


Harold le 16 septembre.... en dehors de cet air triste et fatigué et d'un net amaigrissement, Harold mange toujours bien et se montre dynamique aux moments des repas.


Harold le 4 novembre, état stationnaire...


 Caboche, le frère d'Harold, le 12 novembre,
un peu moins maigre mais qui suit le même chemin...



ATTENTION : PHOTOS D'AUTOPSIES



les reins de Mistigris (10-12 ans) mort de Pif sèche

comparés aux reins à peu près normaux de Perlinette (6 ans) victime d'une voiture






























**********


et voici le cas de Pétrarque décédé à 14 ans et qui ne présentait que des symptômes d'I.R  chronique en phase terminale avec maigreur et diarrhée:















ici, le pancréas est entièrement granulomateux



















 le  foie est plutôt mal en point mais il n'y avait pas d' ictère



coupe d'un rein, blanc mais pas encore trop déformé, il avait paru "normal" à la palpation


sans autopsie et/ou sans bilan biologique complet, Pétrarque serait décédé d' I.R. 
vu son âge et vu que c'est le sort réservé, en général, aux vieux chats....
donc, Pif non diagnostiquée....

Réflexion : de nombreux cas de "reins blancs" "idiopathiques" ne seraient-ils pas dûs à la PIF sèche ? Idiopathique voulant dire sans cause connue, mais pas sans cause du tout !

**********



le cas de Rouquinou (10 ans) :
   on trouve de multiples granulomes même sur le péritoine
et un énorme au milieu de la rate, elle-même de taille démesurée

Je précise que c'est le seul cas, parmi toutes les autopsies qui ont été faites, où l'on trouve autant de granulomes partout et surtout sur l'intérieur de la paroi abdominale.
C'est la première photo d'autopsie qui a été réalisée tant c'était impressionnant.
Curieusement, il n'y en avait pas sur le foie....
Quand au pancréas, j'avoue que je ne me souviens pas....



**********


 le cas de Michabis (12-14 ans)

rein blanc déformé et encore le pancréas... 




pneumonie (le chat ne présentait aucun signe respiratoire visible, les chats savent s'économiser et donner le change...)) 



**********




un foie granulomateux, mais rarement comme ça



**********



le cas de Pablo (10 ans) :

rein blanc, irrégulier et déformé, rate de taille normale mais décolorée (anémie)


 
dans la Pif, les foies se suivent mais ne se ressemblent pas toujours...???
(la "boule" en bas à gauche n'est pas une tumeur mais un kyste plein d'eau)


Novembre 2011


étude détaillée, récente et vivement conseillée :   La Pif par le Dr Pedersen 

en plus court et plus facile à lire :  La Pif de Pedersen 

diagnostic de Pif - CERI




********** 



Autopsie du 16 décembre 2011 - Chatte d'âge indéterminé - Pif humide avec ictère - environ 1/2 l d'ascite jaune vif, épais, et un début d'épanchement thoracique non décelable du vivant.

intestin grêle enflammé et ganglions mésentériques hypertrophiés



foie - rate

***


rate: taille et couleur ok mais aspect superficiel "piqueté"



pancréas à peu près ok (avec traces de granulomes en partie basse non visibles sur la photo)



rein ok (ou presque!)



l'ascite : plus foncée que le "jaune citrin" décrit à cause de l'ictère?
dans certains écrits, elle est dite: "ambrée"...



le foie gros et dur


**********


Harold nous a quittés aujourd'hui.


Autopsie du 26 décembre 2011 - Harold 32 mois - Pif sèche : reins, foie, anémie très sévère.
Aucun épanchement - Pas d'ictère visible à l'oeil - Anémie contrôlée par culot sanguin: manque plus de 50% des globules rouges - sérum un peu jaune avec beaucoup de fibrine.


Le foie est un peu décoloré, piqueté, un peu hypertrophié et dans la partie inférieure de la photo, on distingue nettement une petite collection de granulomes blancs sous une petite hémorragie spontanée suite au toucher.



l'hémorragie continue doucement ...



Le mésentère et ses ganglions hypertrophiés



Le foie continue toujours à saigner ...en dessous, cette petite "peau" fine, c'est ce qu'il reste de l'epiploon. Un epiploon normal se présente comme une "toile d'araignée" épaisse et bien blanche, c'est la partie qui est souvent utilisée en charcuterie, appelée crépine, pour entourer certains rôtis et qu'on appelle à tort le péritoine. Ici, l epiploon est complètement dégénéré, comme brûlé probablement par l'urée qui enflamme les organes (l'intestin grêle est d'ailleurs enflammé)



Les reins "décortiqués", encore de taille normale, mais tout bosselés...



une partie de la rate (à droite), taille et aspect normal, un peu décolorée (anémie)



l'ensemble du foie lavé



et le pancréas tout blanc, complètement décoloré mais pas de granulomes



à titre de comparaison : epiploon en bon état



**********



Autopsie du 6 janvier 2012 - Caboche - 32 mois - 1kg875
Pif sèche : reins, foie, anémie très sévère, aucun épanchement - Pas d'ictère visible à l'oeil - Anémie contrôlée par culot sanguin: manque plus de 50% des globules rouges - sérum un peu jaune avec beaucoup de fibrine.

foie un peu clair et tout piqueté



rate et pancréas un peu décolorés (anémie)



reins en début de déformation



le mésentère intestinal et ses nombreux ganglions hypertrophiés


 poumons enflammés



foie et poumons



**********



Autopsie du 13 janvier 2012 - Billy 11 ans 1/2 - Pif sèche avec prédominance de la destruction du pancréas et une très sévère anémie, le foie légèrement touché sans ictère et les reins déformés mais pas encore décolorés.
Billy a commencé à maigrir en début d'année 2011. Une prise de sang en juin a révélé un taux de créatinine normal (16.9) mais déjà une anémie. Puis une semi-diarrhée s'est installée de couleur grisâtre signant la déficience pancréatique et l'amaigrissement a continué jusqu'à un stade prononcé.

Cette autopsie est très représentative des cas de Pif sèche sur nos chats âgés qui, après avoir bien vécu sans être particulièrement fragiles et malades, finissent tous par nous quitter de cette Pif sèche plus souvent axée sur le pancréas, l'anémie et les reins qui sont en général hors service avec des taux d'urée très élevés.



le pancréas (un morceau sur l'image mais la totalité est identique) est en train de se transformer en amas de granulomes - on note également ce qui ressemble à 2 granulomes sur cette portion de grêle....l'un collé en surface, l'autre plus profond.....(?)



le foie qui n'est pas encore trop abimé, présente un gros granulome plutôt transparent ainsi que deux autres petits de même aspect et un petit plutôt blanc....



les reins sont déjà déformés avec quelques parties granulomateuses alors qu'habituellement, c'est plutôt le contraire.... mystères de la Pif ...


**********


Autopsie du 30 Janvier 2012 - Haricotte - âge inconnu - 10-12 ans probable - 
euthanasiée pour calicivirose chronique terminale après 3 ans 1/2 de corticoïdes -
aspect physique très maigre mais appétit conservé - pas de vomissements importants 
et pas de diarrhée - autopsie de "curiosité" -
seul symptôme pouvant être rattaché à une pif sèche en cours : la maigreur qui
peut aussi provenir d'un défaut d'alimentation suffisante causé par les douleurs dûes
à la calicivirose qui ne sont plus soulagées par le traitement.

La Pif sèche est bien présente et même très avancée sur le pancréas rejoignant nos habituelles
constatations antérieures : la Pif sèche est toujours présente chez nos "vieux" chats même si la mort
est dûe à une autre cause comme ici, sous forme principalement pancréatique.

Il semble que son évolution soit plus longue chez les chats qui sont sous corticoïdes pour raison
de calicivirose chronique grave, et que de plus, ces chats supportent des destructions pancréatiques 
extrêmes tout en continuant à manger, sans vomir plus que d'autres et souvent sans diarrhée.
Les seuls symptômes significatifs sont : la maigreur et la couleur des selles qui est caractéristique des 
affections pancréatiques, c'est-à-dire plutôt grises ou beiges et d'aspect plus ou moins "gras"
avec ou sans diarrhée (voir dans les photos ci-dessous).


pancréas transformé en un amalgame de granulomes

on trouve un rein légèrement gros compte tenu de la très petite taille de la chatte et un rein non développé probablement de naissance...on distingue à sa surface des petits points incolores qui sont très certainement un début de granulomes - le gros rein commence à se déformer....

des petits reins non développés ne sont pas si rares que cela et celui-ci n'est ni le
premier ni le plus petit que nous ayons trouvé lors des autopsies



le foie n'est pas très joli mais il n'y a pas de granulomes et il n'y avait pas d'ictère
(les traces jaunes sont des irrégularités avec des effets de lumière)

L'anémie n'a pas été contrôlée - les ganglions mésentériques étaient hypertrophiés.


**********


autre cas de Pif sèche sur un chat de 12 ans révélant un rein non développé sur lequel on voit nettement
le début de formation des granulomes alors que l'autre rein est déjà complètement déformé 
ce chat a vécu 12 ans avec un seul rein.....



**********


selle de chat "pancréatique" de couleur "mastic" et d'aspect gras - la couleur peut être plus grisâtre


autre selle de chat "pancréatique" avec un léger reflet rosé, ce qui est courant


encore une selle couleur "mastic"


selle d'un jeune chat de 10 mois atteint de diarrhée chronique


selle de chat "hépatique", couleur "caca d'oie" 


A titre de comparaison, une selle de chat en bonne santé doit être comme ici : ferme, moulée (composée de "petites saucisses" mises bout à bout), de couleur marron moyen à foncé. Toute selle molle est suspecte même si ce n'est pas de la diarrhée à proprement parler et doit être prise en compte (à commencer par une vermifugation si ce n'est déjà fait). Se méfier des prétendues "diarrhée de sevrage" qui, en fait, n'existent pas si les chatons sont en bonne santé, vermifugés et alimentés progressivement avec une nourriture de bonne qualité. Il s'agit, dans la plupart des cas, de diarrhées à coronavirus, surtout si elles sont persistantes. Ayant élevé des chats de race pendant une dizaine d'années, je peux affirmer qu'aucun de mes chatons n'a présenté de diarrhée jusqu'au jour où mon petit élevage a été touché par  ....un coronavirus !!!


***************


photo argentique pas nette mais qui montre bien un cas de Pif sèche avec une splénomégalie (rate hypertrophiée) à gauche du pancréas très granuleux, chez un chat de 12 ans


***************


Autopsie du 26/02/2012 - Coppélia - 4 ans - 
Bien qu'aucun organe ne montre de granulomes externes visibles (mais il peut y en avoir dans le parenchyme), aucun n'est parfait non plus. Les principaux signes d'appel de la PIF sèche sont : la fonte musculaire jusqu'à la cachexie (1kg560), l'anémie très sévère, les ganglions mésentériques sont moyennement hypertrophiés avec inflammation intestinale importante, epiploon dégénéré, rate hypertrophiée et décolorée.... les autres organes sont en début de dégradation et on note aussi une forte congestion pulmonaire qui, comme pour d'autres cas, n'a pas donné de symptômes respiratoires.

rate hypertrophiée et décolorée, à droite le foie


les reins


les ganglions mésentériques


pancréas décoloré



les poumons très enflammés.....


***************


Autopsie du 20 mars 2012 - Maud - 34 mois - 
Anémie extrême - épanchement péricardique - ganglions mésentériques hypertrophiés - 
ictère modéré - epiploon  et reins dégénérés - 
Aucun granulome sur aucun organe.
Test Felv-Fiv négatif


























epiploon jaunâtre dégénéré


























  poumons décolorés par l'anémie



épanchement péricardique clair (ne pas tenir compte du sang qui provient de la piqure intra-cardiaque)



 ganglions mésentériques hypertrophiés



























pancréas décoloré 

   









reins dégénérés





































diarrhée chronique



foie anormal































rate décolorée, de taille normale


sérum sanguin ictérique, anémie extrême

Un test Felv-Fiv a été effectué et s'avère négatif. J'ai également demandé une électrophorèse des protéines: l'albumine est nettement basse (37.7%) et les gamma globulines sont juste à la limite supérieure (13.7%). Le rapport albumine/protéines est de 0.61, c'est-à-dire, selon Addie, à interpréter en fonction des autres paramètres.



***************



Autopsie du 6 avril 2012 - Jeune chatte 10-11 mois - PIF humide abdominale


les organes enflammés, piquetés, dégénérés trempent dans l'ascite jaune ambrée, épaisse et collante


ganglions mésentériques hypertrophiés, intestin grêle enflammé


on trouve de nombreux petits points blancs sur l'intestin grêle ainsi que sur le colon....



la rate....

                                                      suite de cette page : La PIF 2 - cliquez ici -



Les photos de cette page sont ma propriété et non libres de droit. Me contacter.

74 commentaires:

  1. trés interessant, je suis moins conne sur le sujet maintenant.

    RépondreSupprimer
  2. je viens de lire les détail de la PIF. très instructifs ! merci de nous les avoir mis sur le blog.
    Et bon courage pour les minous
    Cha..leureusement

    RépondreSupprimer
  3. Très intéressant et bien documenté.
    Triste pour ces pauvres minous...
    Merci de partager vos connaissances.

    Annick de Nice - ASSISTOCHAT

    RépondreSupprimer
  4. Très bien détaillée et expliqué. J'ai trouvé des renseignements que je recherchais.
    Bonne courage pour tous les matous....

    Pauline de Paris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci
      C'est le but, si ça peut aider....

      Supprimer
  5. Blog vraiment très intéressant. Merci pour tous ces renseignement très détaillés. J'ai moi même une chatte atteinte d'une PIF humide...
    Merci pour tout!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée pour votre minette... bon courage

      Supprimer
  6. Comme vous êtes courageuse !!!! votre description est très intéressante, bravo à vous et j'ose espérer qu'un jour un vaccin viendra à bout de cette foutue PIF.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Martin
      Pour le vaccin, je pense qu'on en rêve tous mais qu'on n'est pas près de le voir... cela parait très compliqué d'après ce que je crois comprendre du fait de la multiplicité des souches virales et des nombreuses mutations...

      Supprimer
  7. Très bien détaillé. Merci. Mon chaton de 08 mois Garfield vient de disparaitre suite à une PIF humide avec épanchement. Je trouve le site du docteur Addie basée à Glasgow en Ecosse qui travaille depuis 18 ans sur la PIF. Mais y a t-il des vétos en France qui se battent contre ça et qui travaillent à l'établissement d'un vaccin? ou bien cette dame est-elle la seule à le faire?
    merci pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très franchement, je suis incapable de répondre à votre question....
      J'ai tellement l'impression que tout le monde s'en fiche.... j'espère que je me trompe, mais on ne voit rien progresser.
      Vous pourriez peut-être poser la question aux écoles vétérinaires pour savoir s'ils ont des recherches en cours (?)
      Tenez-nous au courant si vous apprenez quelque chose. Merci.

      Supprimer
  8. Bonjour
    Je ne crois pas que le chat que j'ai trouvé a le PIF mais d'apres le medecin il a les intestins pleins et n'arrive pas à évacuer... Ce n'est pas sure que cela soit une oclusion. On a essayé un lavement et de le nourrir par seringue, ce matin il n'a pas vomi, je garde espoir. Je lui ai massé le ventre. Il est depuis 3 jours chez le veto... que pensez vous?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas vétérinaire et je ne peux pas me permettre de donner une opinion sur un chat que je ne connais pas. Si c'est juste une constipation, tout devrait rentrer dans l'ordre (personnellement, je fais avaler de l'huile de parafine avec une seringue, les chats la prennent bien).
      Je pense que votre vétérinaire doit être en train de faire le nécessaire.
      J'espère que tout ira bien pour ce chat, et à priori, il est peu probable que cela ait un rapport avec la PIF. Tenez-nous au courant.
      Bon rétablissement à votre matou.
      Cordialement.

      Supprimer
  9. Bonjour,

    C'est en faisant des recherches pour mon chaton malade et aussi avec l'aide de son éleveuse que je suis arrivée sur votre site. Je suis désolée mais ça va être un peu long puisque les vétos disent que mon chaton Maine Coon est un cas d'école... Je précise qu'il est vacciné et qu'il ne sort pas à l'extérieur.
    Tout a commencé à la mi février alors qu'il avait 4 mois et 3 semaines, mon bb très énergique, joueur et plein de vie mais avec un petit appétit (un tantinet difficile) a commencé à être plus calme (moins de jeux sauf si on le stimulait avec un plumeau ou une balle). Je me suis dis qu'il grandissait et commençait à s'assagir, son appétit n'avait pas ou peu varié mais son poids stagnait depuis 10 jours. Puis au bout de 3 ou 4 jours, il a commencé à moins manger et toujours pas de prise de poids voire une perte de 100 gr, j'ai donc informé son éleveuse qui m' dit de regarder sa bouche e là j'ai vu que ses gencives étaient rouges sur la base de l’épaisseur d'un fin trait de crayon et qu'il avait une mauvaise haleine.
    Je l'ai donc emmené chez mon vétérinaire le lendemain qui a diagnotiqué une gingivite (calicivirus) et l'a traité par corticothérapie et antibiothérapie, il a fallu 48 h pour voir une petite amélioration. L'appétit a repris un peu, puis 3 à 4 jours après il a paru mieux, un peu plus dynamique mais ça n'a pas duré car 48 h après il a fait un pic fébrile à 39.6 °C.
    Je l'ai donc ramené chez ma vétérinaire qui m'a donné du spiraphar (anitbiotiques) + des injections de cortisone à faire tous les 3 jours ainsi que des bains de bouche.
    Le lendemain matin, je l'ai trouvé très mal en point, abbattu, chaud et il présentait des troubles de la coordination ainsi que des troubles de l'équilibre. Ma vétérinaire étant absente, le samedi matin je l'ai emmené chez la vétérinaire de l'éleveuse qui a pratiqué prise de sang, radio, echo et l'a mis sous perf et refait une injection de cortisone,il avait 40.5°C. La prise de sang ne montre pas d'anémie mais une vitesse de sédimentation élevée, des transaminases ALAT très augmentées. La radio a montrer de l'air dans les intestins mais pas de signes d'occlusion. Le samedi soir il avait récupéré, n'avait plus de température, avait bu et remangé mais présentait quelques petits tremblements.
    Hier matin, donc dimanche, la vétérinaire m'appelle pour me dire qu'il a nouveau plus de 40 °C, et a de gros troubles de la coordination (croise les pattes)et des tremblements, l'echo montre un gros foie. Elle fait le test coronavirus non spécifique qui se révèle positif. Aujourd'hui, ce matin, il n'a plus de fièvre, remange un peu, et présente moins de troubles de la marche mais les tremblements persistent, on a fait venir un échographiste spécialisé pour dépister un shunt, ou des granulomes. L'echographiste confirme le gros foie, voit une grosse rate, des reins normaux, pas de shunt, et pas de granulomes et pour lui pas de diagnostic de pif à 100 % mais on ne peut l'ecarter. Mais il dit qu'il peut s'agir d'autres choses comme une toxoplasmose mais pas de ganglions visibles ni à l'echo ni à la palpation...Bref demain on dose les acides biliaires et on tente une antibiothérapie à l'aveugle en faveur d'une toxoplasmose. Nous sommes déroutés et en même temps on ne peut pas euthanasier un petit chaton sans être certain que ce soit une pif sèche...Je viens vers vous pour que vous me donniez un avis au regard de votre propre expérience et au vu de ce que je vous décris. Merci d'avance pour votre aide.
    Nathalie et son bb H

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de vous donner mon avis, je rappelle que je ne suis pas vétérinaire, que certes je connais assez bien les symptômes de PIF sèche, mais pas ceux des maladies qui pourraient lui ressembler.
      Pour commencer, à propos de son calicivirus, si les lésions sont limitées à ce que vous décrivez, ce n'est pas la cause du manque d'appétit. Quelques fois, la cortisone peut donner - j'ai eu quelques cas avec la méthylprednisolone - des réactions neurologiques qui pourraient être dues, d'après mon vétérinaire, à une augmentation de la pression intra-craniène. Cela débutait le lendemain de la piqure et cédait spontanément après quelques heures (maxi 24h). Compte tenu des autres paramètres présentés par votre chaton, je ne crois pas que ça puisse être cela et je crains que nous ayons plusieurs facteurs en faveur d'une PIF effectivement : hépatomégalie, splénomégalie, troubles nerveux, forte fièvre récidivante, test corona +.... mal être et perte de poids, c'est déjà pas mal....
      La plupart du temps les granulomes sont de petite taille et je doute qu'on puisse les voir à l'écho. Il peut même ne pas y en avoir ! L'anémie peut ne pas être encore développée car la PIF sèche sur les chatons est plus rapide que sur les adultes, me semble t-il, et souvent elle se termine avec la forme humide en plus. Ce que vous pourriez faire, c'est demander à votre véto une électrophorèse des protéines ainsi qu'une numération-formule afin de voir si des paramètres collent avec la PIF. Si c'est le cas, il n'y aura plus guère de doute malheureusement....
      Pourriez-vous nous donner les dates des vaccinations de votre chaton et la date où il est arrivé chez vous s'il vous plait (pour mes recherches personnelles).
      Voilà, je ne peux rien ajouter si ce n'est d'espérer un autre diagnostic soignable.
      Je vous souhaite bon courage et je vous remercie par avance de bien vouloir nous donner des nouvelles de votre BB.

      Supprimer
  10. Bonjour Lisa
    Merci pour votre réponse;
    Les nouvelles du jour pour notre bb / pas d'amélioration, hier après-midi et hier au soir il n'avait plus de fièvre mais ce matin 39.5 C, persistance des tremblements et pas d'appétit, il a eu une prise de sang pour dosage d'acides biliaires et j'ai fait rajouter l'EPR. Nous devrions avoir les résultat demain matin au plus tard. Il a eu une numération formule samedi qui n'a rien montrer de particulier (pas d'élévation des leucocytes)
    Concernant les renseignements demandés :
    Date de naissance : 24/09/12 (chaton unique car 2 morts nés)
    Premier vaccin : 26.11.12
    Arrivée chez nous : 10/12/12
    Second vaccin : 27/12/12

    Bonne journée
    Nathalie et son bb H

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il n'y a pas de Neutrophilie, y a-t-il une lymphopénie ?
      Les 1ers symptômes de mal être ont donc débuté environ 6 semaines après le dernier vaccin ?

      Supprimer
  11. Je me renseigne plus précisément sur la formule sanguine et vous tiens au courant, les premiers symptômes ont débuté environ 7 semaines après son dernier vaccin soit le 13/14 février mais au départ c'était à peine perceptible juste un léger changement dans son comportement (il n'a plus fait de bêtises...avait des temps de sommeil plus long, mais jouait si on le lui demandait mais pas de lui-même et en fait j'ai mis ça sur le compte du début de la sagesse...), son appétit n'augmentait pas ni son poids ce que j'ai trouvé suspect pour un Maine Coon...puis à partir du 17 février je l'ai vermifugé me disant que peut-être les vers étaient en cause.
    Ensuite, j'ai constaté qu'il avait perdu 100 gr le 19 février mais il mangeait ni plus ni moins sans vraiment réclamer et de préférence la nourriture humide, je me souviens lui avoir changé ses croquettes pour le motiver.

    Nathalie et bb H

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme cela que commence la PIF.... et je pense que les chatons porteurs d'un coronavirus ne devraient pas subir de vaccins, surtout s'ils ne sont pas exposés. J'ai constaté à maintes reprises des cas de PIF qui se déclaraient, aussi chez les adultes, après une vaccination.....
      Le coup du stress dû au changement de lieu (vente, adoption....) pour un chaton, je n'y crois pas du tout. En effet, si le chaton est entouré d'amour, il a tôt fait d'oublier tout le reste pour jouer ! En
      quelques heures, s'il est bien sociabilisé, il se sent chez lui... Pour les adultes, c'est différent.
      Par contre, il n'est jamais fait mention du stress vaccinal qui met pourtant le corps à rude épreuve.... Il est vrai qu'il y a un enjeu financier de taille !!!
      Il est important de connaître le taux de protéines et le rapport albumine/globulines, encore que si ce n'est pas flagrant, ça ne peut pas écarter une PIF à coup sûr...quelquefois, c'est un peu tangentiel !

      Supprimer
  12. Bonjour Lisa,

    Malheureusement Mardi soir le résultat est tombé dosage d'acides biliaires strictement normal mais l'EPR a montré l'élévation des protéines (surtout la globuline 2) et confirmé le diagnostic de Pif au vu de tous les éléments, mon petit Huggy s'est endormi dans mes bras avent de rejoindre le pont de l'arc en ciel.
    J'ai également donné l'autorisation à la vétérinaire de pratiquer un autopsie.
    Sachant que j'ai un autre chat de bientôt 9 ans qui lui parait en pleine forme, d'après vous faut-il que je le fasse tester pour titrer son taux d'anticorps. L'éleveuse m'a proposé de reprendre un chaton (pas dans l'immédiat pour moi car c'est trop tôt) mais je ne veux pas lui faire prendre de risque, j'ai trop peur de revivre ça une seconde fois... La déchéance de mon petit Huggy si joyeux et heureux de vivre quand nous l'avons eu... a été trop horrible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adieu petit Huggy, innocente victime de plus de ce fléau cruel....
      Inutile de faire tester votre chat de 9 ans; il est fort probable qu'il soit positif mais le taux d'anticorps ne présagera de rien. J'en ai fait beaucoup à l'époque où j'élevais mes Sacrés de Birmanie, quand ils ont été touchés et des chats vivent avec des taux élevés (1/3125è) et d'autres meurent avec des taux faibles (1/125è). Quand à reprendre un autre chaton de votre éleveuse d'où vient probablement votre coronavirus, c'est bien sûr rajouter une louche de virus à votre chat de 9 ans.... qui est à un âge critique pour se défendre contre cette saleté....Vous devez éviter tout stress à ce vieux chat (oui, 9 ans, c'est déjà vieux). S'il ne sort pas, ne le faites plus vacciner (c'est mon avis) et chouchoutez-le, il n'aura peut-être jamais la PIF.
      Bon courage à vous après cette épreuve!

      Supprimer
  13. Je reviens de chez le vétérinaire qui a pratiqué l'autopsie. Il y avait de nombreux granulomes de petites tailles sur plusieurs organes ainsi que des écoulements d'ascite donc plutôt pif humide...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de nous avoir donné des nouvelles.

      Supprimer
  14. ma petite chatte de seulement 10 mois, a eu une conjonctivite mais après que le blanc brumeux de son oeil soit parti, on m'a dit que c'était uvéite. le chat a été vacciné il y a 5 mois environ. Les symptômes sont: elle dort beaucoup, mange encore mais pas trop (n'a jamais vraiment mangé beaucoup) elle pèse 4.5 livres. taux de globule blancs élevés, anémie et fièvre. on me dit que c'est pif sèche. ca fait déja 1 mois ou plus qu'elle est comme ca. On me dit que dans 2-3 mois ce sera terminé, est-ce environ l'espérance de vie ? Pour l'instant, elle est encore active, un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les symptômes sont en effet compatibles avec une PIF sèche. Il est difficile de dire combien de temps elle peut tenir... d'autant qu'elle peut présenter brutalement des signes neurologiques....
      Vous devez la surveiller étroitement pour pallier à toute aggravation en lui évitant des souffrances inutiles supplémentaires.... Bon courage.

      Supprimer
  15. Bonjour,
    J'ai lu le message de Nathalie, et je suis touchée.. car c'est ce qui se passe ma petite Élie. J'espère qu'elle pourra me répondre, et lisa toi aussi ton aide serait grandement appréciée.
    Ma petite Élie a présentement 10 mois. Elle s'est fait opéré et vacciné en décembre. Elle n'a jamais eu un gros appétit.. elle ne mange pas beaucoup, je croyais que c'était parce qu'elle était difficile.. mais elle mange de la nourriture du veterinaire. Lors de son opération à 3 mois, elle pesait 3.7 lbs. Aujourd'hui à 10 mois elle pèse 3.3 lbs. ????? BIZARE!!! Je n'ai pas remarqué de changement dramatique.. c'est un petit persan exotique.. alors je ne voyais pas trop.. BREF: Jeudi et vendredi.. elle semble malade elle dort beaucoup.. je la laisse se reposer. Vendredi soir.. je constate qu'elle a des problèmes d'équilibres.. elle marche croche, un peu. Samedi, dimanche, lundi... elle marche croche je suis TRES inquiète.. mais le veto est fermé, je dois attendre à Mardi. Mardi.. elle ne fait pas de fièvre, ses yeux sont beaux, ses oreilles sont correct.. ses principaux symptômes sont les pertes d'équilibres. Elle recoit donc une injection à la cortisone et on lui donne des stimulants d'appétit, car elle est trop petite. 24h plus tard... les pertes d'équilibres sont PIRES!!! Elle a de la difficulté à marcher.. dort.. dort... je retourne chez le veto demain... on ne sait pas.. et elle me dit que la prise de sang n'est pas veridicte à 100%.... Qu'en pensez vous???

    Les prises de sang de Elie semblent normales.. le veto me dit que son corps se défend contre RIEN???
    Les symptômes: Pertes déquilibre, fatigue extrême.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Malheureusement ces symptômes sont compatibles avec une PIF sèche neurologique.... Je suppose qu'elle est plutôt maigre ? 3.3Ibs ça fait quoi en kg ? Donc si on associe le fait qu'elle a toujours été un peu "délicate" à une perte de poids au lieu d'une prise de poids + fatigue et maintenant ataxie, tout colle bien. L'aggravation après la cortisone peut arriver quelques fois et il m'arrive d'avoir des symptômes neurologiques bizarres même sur des chats qui n'en ont pas au départ. C'est rare et ça cède tout seul après 24h environ.
      Le corps ne se défend jamais contre RIEN ! Dans le pire des cas il se défend contre lui-même, c'est ce qu'on appelle une maladie auto-immune et la PIF en est une !
      Si votre chatte provient d'un élevage, il y a 90 % de risque qu'elle soit née dans un contexte séro-positif aux coronavirus et elle fait partie de ceux qui développent la PIF dans les 2 premières années de leur vie.....
      Pourquoi l'avoir stérilisée à 3 mois ? Surtout que les persanes ne sont pas particulièrement précoces .... elle a eu une accumulation de fatigues diverses : 2 vaccinations je suppose + l'opération.... ça fait beaucoup pour un chaton séropositif dont on dit qu'il faut éviter tout stress....
      Comme je l'ai déjà dit dans mon article, je déconseille, pour les chats qui ne seront pas exposés à des risques, de faire vacciner.... c'est un facteur déclenchant, je l'ai constaté à de nombreuses reprises.
      Il faut également savoir ce que l'on achète et faire faire une sérologie coronavirus dans le délai imparti (c'est un vice rédhibitoire et on peut annuler la vente), ou alors si l'éleveur est sérieux, il faut trouver un terrain d'entente avec lui au cas où. C'est ce qui se fait de plus en plus car quasiment tous les élevages sont contaminés maintenant. Attention aussi aux tests faux négatifs qui sortent de certains labos, simplement parce que le taux est bas et qu'ils ont décidé qu'en dessous d'un certain seuil, c'est négatif ! J'en ai fait les frais et je ferai un article à ce sujet. Je recommande le labo de l'école vétérinaire d'Alfort qui détecte des taux très bas et ne les affiche pas comme négatifs !!!!
      Donc pour en revenir à votre petite Elie, j'ai malheureusement bien peur que vous soyez confrontée à ce fléau qu'est la PIF. J'espère me tromper.... Tenez-nous au courant, ce sera gentil.
      Et surtout bon courage à vous et ne la laissez pas trop souffrir....

      Supprimer
  16. Bonjour, J'ai une petite siamoise âgée de 11 mois, il y a 4 mois un test positif à la PIF a été réalisé suite à une longue période d'hyperthermie résistante aux antibiotiques. Elle a un uvéite depuis 1 mois 1/2. Mais aussi bizarre que cela puisse paraitre, elle a retrouvé vigueur et appétit. Elle a repris du poids, son uvéite est moins prononcée. Ce type d'évolution est-elle classique pour une PIF sèche? Nous ne voulons pas nous autoriser à espérer car nous n'avons jamais eu de chatte aussi gentille qu'elle.
    Merci d'avance et bravo pour votre témoignage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je ne sais que vous répondre....une fois déclarée, la PIF est considérée comme mortelle à 100%. On lit quelques fois des histoires de "guérison", encore faudrait-il savoir si le diagnostic était bien fait.... Ici, je vois principalement des PIF sèches et comme je l'ai dit plus haut, les cas neurologiques n'ont jamais été associés à de l'uvéite, mais il y a souvent des taches brunes dans l'iris des chats surtout un peu âgés (est-ce ce que l'on appelle un iritis ?).
      Votre minette a peut-être une période de rémission ? Est-elle sous corticoides ?(ce qui pourrait expliquer sa reprise de forme) Quel est le pronostic ? je ne peux le dire....
      Je vous souhaite de tout coeur que, s'il existe de rares guérisons spontanées, votre petite chatte ait la chance d'en bénéficier et alors, nous serons heureux de le savoir.
      Prenez bien soin d'elle....

      Supprimer
  17. merci pour votre réponse rapide, elle n'est sous aucun traitement. Le diagnostic étant tellement difficile à prononcer de façon sure...alors nous lui donnons le meilleur et vous informerai de la suite bonne ou mauvaise.
    Bien cordialement

    Cécile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le diagnostic ne me parait pas si difficile. Il faut faire une NF et une électrophorèse des protéines, le test étant déjà réalisé et positif. Si les résultats sont compatibles avec la PIF, la prednisolone est le seul traitement de soutien qui ralenti la destruction auto-immune des organes (comme chez les humains dans les cas de Lupus, vascularites....etc...) Cela ne la guérira pas mais pourra lui donner un peu plus de temps.....Concernant d'autres thérapeutiques (interféron....), je n'ai pas d'expérience....
      Puisqu'elle va mieux, vous pouvez attendre une éventuelle dégradation pour faire tout ça, en espérant qu'elle n'arrive pas, mais d'un autre côté ce sera peut-être trop tard à ce moment là.... c'est la maladie la plus traître que je connaisse !
      Je vous souhaite tout le meilleur....

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Malheureusement, après quelques mois de répit dégradation subite avec de gros problèmes de coordination des membres. Elle ne semble pas souffrir et ronronne dés qu'on lui parle, seulement elle fait souvent à coté de sa caisse et ne tiens plus debout très longtemps. Notre fille est très malheureuse car nous ne lui avons pas caché la vérité. Je voulais juste vous demander quand prendre la décision de l'aller sans retour chez le vétérinaire pour préserver en premier notre petite chatte et notre fille. Peut être avez vous eu des cas d'évolution similaire car nous ne savons pas ce que la suite nous réserve et nous ne voulons pas surtout l'exposer à des souffrances inutiles. merci pour votre écoute
      Bien cordialement
      Cécile

      Supprimer
    3. Malheureusement, il s'agit donc bien d'une PIF sèche neurologique en phase terminale. Pour l'euthanasie, c'est difficile à dire sans voir l'animal, mais il ne faut pas se fier au ronronnements.... Un chat mourant ronronne... Le ronronnement est très complexe et ne veut pas forcément dire : tout va bien ! Il faut vous préparer rapidement, car tout peut dégénérer d'un moment à l'autre avec des réactions neurologiques fort désagréables pour elle mais aussi pour vous ! Elle ne tient quasiment plus debout, sa qualité de vie est très altérée et il semble inutile pour elle d'attendre plus longtemps....Votre fille le comprendra, bon courage à vous deux et bonne route à votre petite siamoise....

      Supprimer
    4. Bonjour,

      Nous avons pris la triste décision de conduire notre petite chatte chez le vétérinaire il y a deux jours. Nous avons préféré lui éviter le pire. Une vie courte mais une belle vie. Je voulais vous remercier pour votre écoute, votre rapidité de réponse ainsi que la qualité de votre site. Car face à cette maladie il en ressort un sentiment d'impuissance général.
      Cécile

      Supprimer
    5. Vraiment désolée pour cette petite minette si jeune... vous avez fait le bon choix, l'acharnement ne sert à rien si ce n'est à prolonger les souffrances qui sont bien réelles, même si ça ne se voit pas toujours de façon évidente....Si vous n'avez pas d'autres chats, faites un vide sanitaire de 3 mois (après désinfection) et vous pourrez reprendre un chat si vous le souhaitez....Bonne continuation.

      Supprimer
    6. Je voulais vous poser une dernière question, pour le vide sanitaire je suivrai votre conseil mais comment réaliser la désinfection (hormis les sols durs avec de l'eau de javel je suppose) des moquettes. Faut-il jeter tous les objets de notre petite chatte (panier, arbre à chat, litière) ?
      merci d'avance

      Cécile

      Supprimer
    7. On considère en général que le virus peut résister jusqu'à 49 jours en milieu sec (seulement 14 j en milieu humide) et qu'il est assez sensible aux désinfectants. Je pense donc qu'il faut désinfecter tout ce que vous pouvez à l'eau de javel par exemple ou bien au Sanytol (pratique pour pulvériser ce qu'on ne peut pas laver). Le virus ne se trouve pas non plus sur chaque cm2 de toute la moquette, mais il peut être aux endroits souillés par des selles par exemple : frotter avec une brosse et du Sanytol puis finir par une bonne pulvérisation sur les endroits potentiels.... vous ne pouvez pas non plus changer la moquette ! C'est pour cette raison que l'on recommande un vide sanitaire : si des endroits contaminés n'ont pas été désinfectés, le virus sera mort au bout de ...49 j ! Personnellement, je pense que par précaution autant attendre 3 mois... en l'état des connaissances actuelles, cela parait correct pour dire qu'il ne doit plus y avoir de risques.... Pour les objets plus personnels, soit un bon lavage à l'eau de javel + 3 mois de "repos", soit jeter.... Mais bon, le coronavirus, ce n'est pas comme le typhus qui est ultra résistant jusqu'à plusieurs années, même dans la nature.....Dans 3 mois, tout ira bien, rassurez-vous ....

      Supprimer
  18. Je pense être tombée ici sur une spécialiste de la PIF sèche, alors que je viens, hélas, d'être confrontée la disparition de ma petite chatte birmane de 13 mois ..de cette même maladie, la semaine dernière (anémie très sévère et aggravation en l'espace de 15 jours..ce fut fulgurant..elle attendait des chatons, puis a fait un avortement et cela a été la dégringolade...). Merci pour vos info ..c'est vrai que sur le coup j'ai été tellement choquée que je n'ai pas pensé à faire pratiquer une autopsie ... j'ai beaucoup de mal à m'en remettre...

    RépondreSupprimer
  19. Driving38
    Bravo pour votre blog et surtout savoir qu'il existe des personnes amoureuses des chats.
    Moi aussi ma DUCHESSE de 13 ans se bat pour survivre (plus de globule rouge) avec l'aide de mon super vétérinaire piqûre tous les 10 jours accompagnés de cachets et elle mange par petit peu et cela devient dure aujourd'hui la maladie gagne du terrain c'est trop dure pour ma Duche. Il paraîtrait qu'un vaccin serait à l'étude mais seulement en Amérique car eux et les animaux c'est une grande famille. Je vous tiendrais informé si j'en apprends plus.
    Merci aux ami(e)s des chats

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci... désolée pour votre Duchesse.... ne la laissez pas trop souffrir...

      Supprimer
  20. Merci pour elle mais ce soir elle dort sur moi et elle ronronne comme avant.Je pense qu'elle est bien. Je vais attendre un peu et si elle souffre je serai obligé de l'aider à partir dignement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez le bon raisonnement ! Je vous souhaite bon courage, je ne sais que trop bien ce que c'est de passer par toutes ces phases et de choisir le bon moment....

      Supprimer
    2. Merci...! ce dimanche elle mange bien mais je lui donne avec ma main comme un bébé et elle ronronne en même temps... c'est chouette non..!
      Je ferais la maximum jusqu'au dernier moment...
      Elle l'a bien méritée avec sa gentillesse...
      Amitiés.

      Supprimer
  21. Bonsoir,
    Ma Duchesse est toujours là elle se bat contre cette sal...Elle se blottit contre moi et s'étire, je lui caresse le ventre, elle ronronne... Je pense qu'elle est bien. vers 18h je la prends dans mes bras pour aller dehors puis elle marche un peu dans l'herbe, ensuite je la reprends, c'est curieux, elle se blottit très serré contre moi... Au seigneur elle mérite votre aide...!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Pierrot,
      Difficile de dire quelle est sa souffrance, les chats sont plutôt discrets à ce sujet...Vous devez faire la part des choses et ce n'est pas facile... d'une manière générale, nous avons tous tendance à vouloir prolonger nos tendres félins tant aimés... mais quelquefois peut-être trop longtemps.... la qualité de la vie prime sur sa durée, et c'est peut-être le seul moment où il faut essayer de se mettre à leur place et se poser la question de savoir si on voudrait se trouver dans le même état. D'autant plus difficile que leur souffrance est cachée....Courage à vous deux.

      Supprimer
  22. Bonsoir,

    J'ai lu avec intérêt votre blog que je trouve très bien construit et documenté par les photos d'autopsies. Je ne connaissais absolument pas cette maladie à laquelle je me trouve visiblement confrontée.
    Ma chatte persan a eu 3 chatons le 16 juin dernier. Un des petits est dcd à 7 semaines par accidents (chute de l'arbre à chat de 1 m). Depuis la mi-aout, j'ai constaté que les 2 autres petites ne grossissent plus vraiment, puis la semaines dernière, elles ont carrément perdu du poids. Aujourd'hui,l'1 des 2 est au plus mal et l'autre a repris du poids.
    Je suis perdue par cette succession de malheurs et je ne comprends pas ce qui est arrivé car mes chats ne sortent pas, ils sont vaccinés et non malades. Les chatons n'ont eu aucun symptômes décrits (diarrhée, vomissement, éternuement, ventre gonflé, trouble de l'équilibre, ictère ...). La seule chose que le vétérinaire a constaté sur la petite qui ne va pas bien du tout est une forte constipation. J'ai donc fait le nécessaire et les selles évacuées étaient normales... Est-ce que vous avez déjà rencontré des chats atteints si jeunes et sans symptôme ? J'ai aussi très peur pour mes autres chats qui ont été en contact avec les petits jusqu'à hier... Merci de votre partage d'expérience pour mes pauvres bb (c'était ma première portée) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Le peu que vous avez à décrire n'est pas spécialement évocateur de la PIF....Ils me paraissent bien jeunes pour mourir de la PIF sans symptômes plus précis.... mais bon...! Si la mère est porteuse d'un coronavirus, elle a transmis des anticorps à ses chatons qui les protègent durant environ 5 semaines, suite à quoi ils peuvent commencer à avoir les 1ers symptômes qui sont principalement la diarrhée et quelques fois des vomissements. La PIF peut suivre évidemment et sur les jeunes, c'est plutôt la forme humide, mais je n'en ai jamais vu aussi tôt.
      Par contre, je m'étonne qu'un chaton de 7 semaines se tue en tombant de .... 1m ! N'y a t-il pas autre chose qui expliquerait à la fois la chute et le décès ? Pour vous rassurer, vous pouvez demander à votre vétérinaire de faire faire un test coronavirus sur la maman....cependant s'il est positif, cela ne vous rassurera pas mais n'expliquera pas forcément non plus les problèmes de vos chatons....
      Y a t-il eu de la fièvre ?
      Je ne peux malheureusement pas vous aider et il faut vous en remettre à votre vétérinaire et éventuellement en consulter un autre pour un 2è avis....
      J'espère que vos 2 chatons iront mieux et je vous souhaite bon courage. Tenez-nous au courant...

      Supprimer
  23. Merci de votre réponse.
    Tout comme vous j'ai été fortement étonnée qu'un chaton se tue en tombant de cette hauteur aussi je l'ai fait autopsier. Le vétérinaire a dit qu'il avait une hémorragie au niveau du cervelet, signe qu'il se serait fait le coup du lapin en tombant sur la tête sur du pavé ... (très triste car j'ai été absente 15 min seulement de la pièce).
    Pour les 2 autres minettes de la portée, je m'attends au pire pour la plus faible demain matin. Je ferai une autopsie pour savoir et garderai l'autre en isolement (pendant combien de temps avant d'être sûre ?). Bien sûr je vais aussi faire un test sur la maman.
    Je n'ai pas eu de fièvre pour le chaton, mais je me suis dit que ce n'était peut être pas systématique ou bien que j'avais manqué le pic fébrile ?
    A savoir que les chatons n'ont pas été primo vaccinés car j'attendais qu'ils soient plus gros pour le faire (je pensais environ 700-800g). A ce jour, elles ont presque 3 mois et font 600g et 480g pour celle qui ne va pas bien. Le 20 aout elles pesaient respectivement 540g et 590g ...
    La maman est une persane de petite taille et de 2,2 kg (elle a 2 ans). Je l'ai acheté dans un élevage familiale en février dernier ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, pour le chaton qui a chuté, ce n'est vraiment pas de chance....2.2 kg, c'est effectivement petit mais si c'est son poids de forme.... la chatte qui a vécu 19 ans 1/2 chez moi pesait à peu près ça, c'était une angora noire, probablement croisée persan.
      Inutile d'isoler votre chatonne, quelque soit le problème c'est trop tard et en cas de PIF, il faut éviter le stress....Si vous voulez le meilleur résultat pour votre analyse, demandez à votre véto d'envoyer le prélèvement sanguin au labo de Maisons-Alfort, c'est là que vous aurez le moins de risque de faux négatif.... Les coronavirus étant très contagieux, si vous en avez un dans l'effectif, tout le monde y a goûté, mais tout le monde n'aura pas la PIF heureusement. Vous devez éviter tous stress....(plus de reproduction pour la mère, à stériliser quand elle aura récupéré de sa lactation). Mais on ne peut rien dire sans quelques analyses et aussi l'autopsie si la chatonne décède (si elle doit mourir, inutile de la laisser souffrir, mieux vaut l'euthanasier). A ce poids, même pour un petit modèle, ça paraît mal parti....En plus de l'autopsie, si ce n'est pas clair, vous pouvez demander une NF et une Electrophorèse des Protéines, ça fait des frais mais ça aide au diagnostic.
      Sinon, les élevages familiaux ne sont pas à l'abri des coronavirus s'il y a échange de saillies et expositions.

      Supprimer
  24. Merci pour cet article très bien fait.
    J'ai malheureusement perdu au mois de juin ma Peluche d'une PIF humide avec épanchements abdominal et thoracique. J'ai eu la chance de pouvoir l'accompagner tout le temps de l'évolution de la maladie (environ 3 semaines). C'était une battante mais j'ai pris la décision de la faire endormir dès avant qu'elle ne souffre pour rien. Dès le départ mon vétérinaire m'a fait comprendre qu'elle ne résisterait pas longtemps et j'espère avoir fait le mieux pour elle.
    Merci encore pour ce que vous faites. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai visité votre joli blog et votre Peluche était comme une reine ! Vous avez vraiment tout fait au mieux pour elle, de A à Z ! Elle a eu de la chance malgré sa triste fin.... mais la fin est toujours triste....

      Supprimer
  25. Bonjour,
    Je viens de perdre mon petit lou d'une PIF humide, et je suis tombée sur cet article pendant que je cherchais à comprendre ce qui m'avait tué ma petite boule de poils qui avait à peine 6 mois.
    Je suis face à un dilemme, maintenant. J'ai toujours adopté mes chats dans des refuges, mais depuis 3 ans je suis avec un conjoint qui est allergique aux chats.
    J'ai découvert entre temps la race des chats Sibériens, hypoallergénique.
    J'ai donc pris un chaton au printemps auprès d'une éleveuse assermentée. Mon conjoint n'a montré aucun signe d'allergie et le chaton dormait même avec nous au lit !
    Mais il y a un mois, mon chaton a commencé à fondre, à perdre ses muscles, à montrer des signes de fatigue. Il dormait tout le temps. Après beaucoup d'analyses, le vétérinaire ne trouvait rien, mais craignait une PIF. Très vite, mon petit lou a fait un épanchement pleural, il avait du mal à respirer.
    J'ai dû le faire euthanasier alors qu'il avait tout juste 6 mois...
    J'ai beaucoup pleuré, bien sûr. Mon conjoint m'encourage à reprendre un chat après le "vide sanitaire" de trois mois recommandé par le vétérinaire.
    L'éleveuse, très attachée à ses chatons, fut touchée par la mort de mon petit lou, et me propose un de ses chatons 2014 à 80% de réduction.
    Mais est-ce une bonne idée de reprendre un chat dans le même élevage ?
    Ne vaudrait-il mieux pas que je me rende dans un autre endroit ? Où il n'y a pas eu de cas de PIF déclaré ? Qu'en pensez-vous , vous qui semblez bien connaître cette maladie ?
    L'éleveuse est très gentille et je sais bien que ce n'est pas de sa faute, mais c'est si dur de perdre un petit chaton....
    Merci pour vos conseils et cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Votre histoire est malheureusement tristement banale....Que vous preniez un chat dans un refuge ou dans un élevage, les risques sont les mêmes.... Puisque votre conjoint supporte bien cette race, il faut évidemment reprendre un petit Sibérien, mais, là où ailleurs, rien ne permet d'anticiper ce qu'il se passera.... Soit vous acceptez le risque et vous le négociez avec l'éleveur (un 2è chaton décédant dans les mêmes conditions devrait être remboursé intégralement!), soit vous choisissez l'option qui consiste à "trouver" un élevage séronégatif aux coronavirus.... ce qui va être compliqué (aucun éleveur ne va se vanter d'avoir eu un ou des cas de PIF!) mais peut-être y en a t-il encore (?). Sachez que vous pouvez vous préserver, car la PIF est un vice rédhibitoire et un test positif aux coronavirus effectué dans les 21 jours après l'achat annule la vente (attention toutefois aux faux négatifs : faire faire le test au laboratoire de l'école vétérinaire de Maisons-Alfort). Si vous choisissez de reprendre un chaton de la même éleveuse, vous pouvez peut-être voir avec elle pour un chaton d'une autre lignée (il y a des prédispositions génétiques au développement de la PIF) et limiter les stress, à commencer par NE PAS VACCINER le chaton, surtout s'il n'est pas soumis à risques (vie en appartement, jardin clos, etc...). Vous pourrez toujours le faire plus tard (à 2 ou 3 ans si le chat est devenu séronégatif). La stérilisation semble moins "risquée" que les vaccins et, de toute façon, l'activité sexuelle est elle-même stressante pour l'organisme (chaleurs à répétition, etc...). Il faut donc faire stériliser quand le chaton a 6/7 mois et s'il est en forme. Voilà, je n'ai pas d'autres conseils à vous donner si ce n'est de ne pas vous laisser faire car, légalement, aucun éleveur ne devrait vendre un chaton séropositif aux coronavirus ! Quand mon élevage a été atteint (par la seule saillie extérieure que j'ai fait faire), j'ai arrêté mon élevage et fait stériliser mes chattes ! L'inconscience des éleveurs et l'appât du gain ont fait que maintenant la PIF est partout !
      Bon courage !

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      Merci beaucoup pour votre réponse.
      En ce qui concerne l'élevage, il paraît que les chats sont positifs au coronavirus entre 80 et 90% selon les élevages. L'éleveuse admet elle-même que chez elle, le taux frôle les 95%. Mais elle m'a assuré que c'était normal et qu'il était très rare que le virus "mute" et qu'il évolue en PIF.

      J'ai appelé deux autres élevages dans une région différente, à échelle plus petite (3 ou 4 adultes, contre une 20aine chez mon éleveuse), qui m'ont bien sur assuré n'avoir jamais eu de cas de PIF déclaré... Mais comme vous dites si bien, personne n'ira s'en vanter.
      Niveau remboursement, l'éleveuse se rempare derrière le fait que passé 21 jours, il n'y a aucune obligation légale. Elle me propose un chaton de remplacement au prix "coûtant", c'est à dire Loof, vaccins et stérilisation.

      Je dois avouer qu'un chat de race est un certain investissement. L'achat m'est revenu à environ 1000e, et j'ai eu 600e de frais vétérinaires en trois mois... Je dois dire que ça "calme" pour en reprendre un, surtout si je dois à nouveau voir un chaton lentement dépérir et mourir dans mes bras, sur la table du vétérinaire.

      En ce qui concerne la non-vaccination, je note.
      Cela fait une vraie différence ?
      Mais les éleveurs imposent tellement de conditions, maintenant... Les chatons partent à trois mois vaccinés, pucés et stérilisés. Soit on accepte un petit bout de chou déjà stérilisé à 12 semaines, soit il faut débourser 500e de plus, pour avoir un animal "entier".
      Pour ma part, je veux juste un compagnon en bonne santé. Je n'ai aucunement l'intention de me lancer dans l'élevage. J'aimerais juste ne pas avoir à euthanasier un autre petit bout après l'avoir eu chez moi à peine trois mois...

      La vétérinaire m'a dit qu'elle n'avait pas vu de PIF depuis des années, mais d'après ce que je lis, elle semble très courante dans les élevages et dans les refuges. Je ne vous cacherai pas que j'ai un peu peur de reprendre un chaton...
      Mais c'est si triste, une vie sans chat !
      Merci encore pour votre message.

      Supprimer
    3. Alors je vais essayer de répondre dans l'ordre :
      Non, ce n'est pas "normal" que tous les élevages soient maintenant séropositifs, c'est du fait que les éleveurs n'ont pas tenu compte du risque en banalisant la situation... on peut leur accorder une circonstance atténuante du fait de cette même banalisation par certains vétos et aussi de la désinformation générale à ce sujet, mais quand on veut savoir, on peut....
      La mutation du corona en PIF est de moins en moins rare et les recombinaisons entre les souches virales augmentent le pouvoir pathogène des virus.... on parlait de 2 à 5 % (tous les combiens ? pas de précision...!), dans mon effectif, nous sommes passés en quelques années de 5 ou 6% à maintenant 12% par AN ! (essentiellement de PIF sèches). Il est possible que la prévalence de la PIF soit un peu plus élevée dans les refuges que dans les élevages où il y a plus d'entrées de chats... et donc peut-être plus de souches différentes....
      Vous pouvez accepter le chaton à prix coûtant si vous voulez, mais en signant un accord par lequel le chaton ne sera stérilisé qu'à 6 mois et que vous refusez les vaccins en la dégageant de toute responsabilité.... à vous de vous entendre ! Sinon, allez voir ailleurs ! Plus l'élevage est familial, moins il y a de risques mais attention : moins ne veut pas dire : pas ! Et si on vous certifie que les chats sont sains, faites le test à Alfort dans le délai et s'il est positif : soit annulation, soit obtention d'une garantie durant ... à débattre.... c'est très compliqué tout ça ! Tous les jours des gens se font avoir !
      Oui, la vaccination provoque un stress biologique important : le chat doit fabriquer des anticorps contre différentes maladies et pendant ce temps le coronavirus attaque et si l'animal est limite, la balance penche du mauvais côté.... ce que je dis là n'a rien de scientifique, mais il a bien fallu que je me trouve une explication quand j'ai constaté que beaucoup de chats, même adultes, partaient quelques semaines ou mois après les vaccins.... trop souvent pour que ce soit un coïncidence...(voir ce lien : http://leschatsdhemera.blogspot.fr/2011/12/pif-je-te-hais.html ) mais personne ne s'en préoccupe, les vaccinations étant une manne trop importante pour les vétos et les labos !!! Alors quand, en plus, on opère un chaton à 3 mois, ça fait beaucoup à supporter quand on dit qu'il faut éviter les stress !!!
      Quand à votre véto qui n'a pas vu de PIF depuis des années....chapeau !
      Mais il est vrai que les PIF sèches sont énormément sous-diagnostiquées.... on préfère parler d'hépatite, d'insuffisance rénale, de pancréatite...
      Voilà pour mes réponses "techniques".... Après je comprends que c'est très difficile pour vous.... prenez peut-être un temps de réflexion et de ....deuil ! RIP LOU

      Supprimer
    4. Merci beaucoup pour toutes ces informations.
      Ça fait vraiment réfléchir. J'ai lu tous vos autres articles traitant de la PIF, c'était très intéressant.
      Je compte bien prendre le temps de la réflexion et du deuil. Si j'ai à nouveau un chaton, ce ne sera pas avant 6 mois ou un an.
      J'essaierai de voir avec l'éleveuse, pour un contrat sans vaccin et sans opération...
      Merci encore pour tout !

      Supprimer
  26. MERCI DE METTRE VOS COMMENTAIRES SUR LA PAGE 2 :

    http://leschatsdhemera.blogspot.fr/p/sante-du-chat-la-pif-2.html

    CETTE PAGE ETANT DEJA TRES LONGUE

    RépondreSupprimer
  27. Voila, j ai décidé de raconter mon expérience car je vois que vous etes tous beaucoup a avoir vécu et à vivre le meme calvaire que j ai vécu il y a 3 semaines.
    Il y a 2 ans et demi j ai recueilli dans la cour de chez moi un chaton...je l ai fait castrer, je l ai fait vacciner et tout aller bien jusqu´au 24 Mars 2014. Mon chat un matin a commence a ne plus pouvoir marcher et il titibait. Inquiete j ai appele les urgences veterinaires et ils m ont dit de leur ramener mon chat. Cela faisait deja quelques semaines qu il ne faisait plus pipi dans sa litiere mais devant sa litiere mais je croyais qu il markait encore un peu son territoire, chose qu´il avait deja faite a cette periode. Tous les veterinaires croyaient que c etait une obstruction urinaire et quand ils lui ont fait les examens, ils se sont rendus compte que ce n etait pas cela. Il faut aussi signaler qu il etait completement deshydraté ce qui est tres grave chez le chat et dans ce cas cela cache une infection tres grave. 2 jours apres, la veterinaire m a dit que c etait certainement un virus mais qu elle ne savait pas lequel c etait, qu elle avait envoye les examens a l exterieur et qu il fallait attendre 5 jours pour avoir les resultats. Vous comprendrez que je ne pouvais pas attendre. Elle me disait qul il fallait que je l euthanasie alors que je ne savais pas ce qu il avait. Le soir meme je l ai ramene aux urgences et le lendemain ils m ont annonce qu il avait la PIF....2 ans et demi, une putain de PIF......une maladie incurable......et en plus on nous incombe la responsabilite en nous disant que le chat a sans doute eu un stress et que c est la raison pour laquelle la maladie a surgi. Et bien mon chat n a subi aucun stress cad aucun changement de proprietaire, aucun changement de nourriture, aucun demenagement........LA VERITÉ DANS TOUT CELA C EST QU IL NE SAVENT PAS POURQUOI LE CORONAVIRUS MUTE ET POURQUOI LE VIRUS PEUT RESTER PARFOIS DES ANNEES DANS LE CORPS ET QUE DU JOUR AU LENDEMAIN IL APPARAIT ET SE DECLENCE...2 jours apres j ai du le faire euthanasier......depuis 3 semaines, je suis effondrée et je ne sais pas comment je vais m en remettre...ma douleur est immense et seuls les gens qui sont passes par la peuvent le comprendre.....que son chat aille bien et que du jour au lendemain il ne puisse plus marcher, qu il ne puisse plus s alimenter, qu il fasse ses besoins sur lui et en plus dans la phase finale des troubles neurologiques apparaissent....c une souffrance horrible......il faut trouver une solution pour sauver ces millions de chats qui sont atteints de cette saloperie de maladie...Ils disent que les subventions sont minimes et que c est a cause du manque d argent que l on arrive pas a avancer dans les recherches...j en profite aussi pour parler de certains eleveurs...la pif est un sujet taboo pour les elevages et je vous conseille d acheter dans les elevages qui en parlent librement sur leur page internet et quand vous achetez un chat posez les questions a l eleveur sur cette maladie........c est tres grave ce qu il se passe..........il faut que tout cela soit denoncé, que ce sujet soit evoqué partout.......IL FAUT SE BATTRE pour trouver une solution pour cette maladie.....Voila....La PIF pour le moment est incurable, ni l interferon, ni le reste ne sauveront votre animal...je sais que vous attendez qu on vous donne une lueur d espoir mais il n y en a pas..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour votre témoignage qui abonde dans le sens du message que j'essaie de faire passer sur ce blog ! Je m'associe à votre peine.

      Supprimer
  28. Bonjour,
    je suis trés inquète par tout ce que je viens de lire, je voudrai votre avis par rapport à mon chat car je l'ai emmené d'urgence au véto hier celui-ci hésite entre parasitisme (meme s'il est vermifigé tous les 3 mois) et infection à un coronavirus (je dois le rammenner dans deux jours s'il ne va pas mieux pour analyses de sang - il a eu vermifuge et antivomitif en injection comme traitement)
    c'est un chat qui a environ 1 an. je l'ai trouvé dans ma rue l'été dernier en sortant prommener ma chienne : il était perché dans un arbre, les yeux fermés de pus, les oreilles pleines de gale, des vers qui lui sortaient tous seuls des fesses...un autre chaton était au bas de l'arbre, mort.
    nous avons adopté et fait soigner ce petit "ice-tea" qui nous est trés attaché. ma chienne, qui n'aime normalement pas les chats l'a pris sous sa protection et lui a servie de maman adoptive, le lavant, le mettant dans son panier et partageant sa gamelle.
    bien que soigné pour un coryza, il a toujours guardé des éternuements et des écoulements des yeux, sans que cela inquiète le véto. il a toujours eu des delles plutot molles, sans que l'alimentation y change quelque chose.
    il y a trois mois environ il a commencé à perdre du poids (bien que gros mangeur), à vomir de temps en temps et à avoir des "tics", principalement au niveau du dos.
    le vét à mis ça sur le compte des bagarres de prinptemps et de la chasse au lézard. (il y a de nombreux chats dans notre quartier - notre voisin immédiat en a 4 qui ne sont ni vaccinés ni vermifugés et avec lesquels mon chat se bat beaucoup pour le controle de la palissade qui sépare nos deux maisons). ces derniers temps il a perdu son appétit et continué à maigrir, tout en dormant d'un sommeil de plomb. hier matin il a vomi une énorme quantité de nourriture, et lorsque je suis rentrée l'aprés midi il vacillait de l'arrière train, était prostré, les yeux à demi fermés, et avait comme des "tics" au niveau de la tete". je suis partie au véto en pensant à un empoisonnement et c'est là qu'il m'a parlé de vers et de corronavirus. aujourd'hui il ne vacille plus sur ses pattes et n'est plus prostré, par contre ses yeux sont anormaux, avec une peau blanche qui recouvre par moments le tiers inférieur de ses pupilles, il se met devant sa gamelle mais ne mange pas et semble épuisé. il est vraiment trés maigre et fait penser à un chat abandonné qui n'a pas à manger... je doute qu'il aille mieux d'ici lundi et je ne crois pas trop à une infestation par les vers... il est certain que je vais retourner au véto lundi, avec votre expérience pensez-vous que ce puisse etre la PIF ? je suis doublement inquiète car j'habite en hongrie et que je déménage en france dans une semaine, ce qui veut dire que mon chat va en plus avoir à subir le stress d'un déménagement, d'un trés long trajet en voiture, et d'un réenménagement...
    je suis perdue je ne sais pas comment le soulager. il n'a pas de gonflements mais quand on le porte si on appui sur son ventre il semble avoir mal....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Malheureusement, les symptômes que vous décrivez sont très compatibles avec la PIF sèche.... si votre chat est vermifugé tous les 3 mois, je ne crois pas non plus au parasitisme ou alors le vermifuge est de très mauvaise qualité ! Mais si un fort parasitisme peut tuer un chaton, là c'est quand même douteux...Vous ne précisez pas si votre chat a été vacciné, castré, testé Leucose ? ( il se bat avec des chats qui pourraient avoir la Leucose ?? ) .... Quoiqu'il en soit, le tableau que vous décrivez laisse peu d'espoir.... le vacillement de l'arrière train peut être du à une grande faiblesse (une anémie extrême) et un fort mal au ventre comme on voit en phase terminale de PIF sèche, cela peut être neurologique ainsi que les "tics" de la tête et donc en rapport aussi avec la PIF et/ou un taux d'urée très élevé ce qui provoque de grandes douleurs avec une forte inflammation de tous les organes (cerveau compris) ... Tel que vous le décrivez, je ne vois pas comment votre chat pourrait supporter ce trajet en voiture et ce serait cruel de lui infliger ça.Il est probable que d'ici une semaine, si c'est la PIF, sont état se sera encore dégradé, voir pire.... Je vous conseille d'envisager l'euthanasie afin de lui éviter des souffrances inutiles.... En vous rappelant que dans ces cas de PIF sèche, l'état des viscères est tel que l'animal souffre énormément, même s'il ne le montre que de façon silencieuse.... La seule façon de savoir sera de demander une autopsie à votre vétérinaire. Je suis désolée de ne pouvoir être plus optimiste... Je vous souhaite bon courage à tous les deux....Donnez-nous des nouvelles.

      Supprimer
    2. merci de votre réponse, meme si elle me déséspère...
      pour vous répondre mon chat n'est pas castré, j' attendais qu'il soit en forme et prenne du poids pour le faire...il est vacciné mais je ne pourrais pas vous dire exactement contre quoi (problèmes de communication avec le vét).
      il n'a pas été testé leucose, ce pourrait etre une autre piste ?
      les chats avec qui il se bat pourraient fort bien etre malades car le propriétaire ne leur donne aucun soins hormis la nourriture, ils ne sont certainements pas vaccinés ils n'ont meme pas de noms...
      je retourne au véto lundi et je vais éssayer de lui parler de la pif, il m'avait dit que si c'était un corona virus je pourrai commencer un traitement et le continuer en france...je vois maintenant que ce n'est pas envisageable, je suis en plein cauchemar, ça me fais mal de le voir souffrir comme ça...

      Supprimer
    3. autre chose, l'aspect de votre petit Harold sur la troisième photo ressemble beaucoup au mien...

      Supprimer
    4. Je connais moins bien tous les symptômes de la Leucose mais le pronostic est le même : c'est mortel ! Ceci étant, je trouve tout de même que l'état de votre chat évoque considérablement la PIF sèche.... J'ai l'impression que votre véto "confond" Coronavirus et PIF déclarée non ? Parce que : une PIF n'a pas de traitement ! si c'est le cas, votre chat est en fin de vie et rien ne va le sauver.... s'il était en simple coronavirose, son symptôme serait la diarrhée chronique, mais pas dans l'état où il se trouve.... des chats souffrent de diarrhée chronique à coronavirus durant de longs mois voir des années, mais leur état général est à peu près correct et les adultes n'en meurent pas tant que la PIF ne se déclenche pas... ce n'est pas le cas de votre chat semble t-il, vous ne parlez pas de diarrhée chronique mais de divers symptômes très graves .... du moment où la PIF est déclarée, le chat est malheureusement condamné .... Par ailleurs, l'origine de sa PIF si c'est le cas, est possiblement due à un coronavirus transmis par sa mère et pas forcément par les chats du voisin, mais compte tenu des bagarres, tous doivent être porteurs à présent. Pour éviter toutes contaminations entre adultes, il est impératif de faire castrer son chat dès l'âge de 6 mois : beaucoup de maladies mortelles se transmettent par contacts ( Pif, Leucose, FIV..) Votre chat était dans un sale état quand vous l'avez trouvé et sauvé, mais la Pif peut mettre longtemps à se déclarer.

      Supprimer
    5. Merci de vos réponses,effectivement le véto n'est pas trés doué, mais c'est le seul du coin qui soit un tantinet délicat avec les animaux, c'est pour ça que je vais chez lui,
      Je vous tiens au courant...Je n'arrive pas à me faire à l'idée, il est tellement gentil, tellement calin, il aime par dessus tout dormir enfoui dans mes cheveux, il veut toujours m'accompagner quand je pars ballader ma chienne...

      Supprimer
    6. Oui, c'est terrible de voir nos animaux dans cet état et de n'avoir aucune solution....

      Supprimer
  29. Bonjour,

    J'ai recueilli provisoirement une chatte abandonnée d'environ deux ans max avec ses 5 chatons (les chatons sont en cours d'adoption). La vétérinaire a fait faire il y a trois semaines une échographie (rapide, gratuite, c'était juste pour voir si la chatte était à nouveau gestante) et a décelé un épanchement abdominal. Elle m'a parlé de la PIF. Elle lui a fait une piqure d'antibiotique qui dure 15 jours. Demain elle va faire une échographie sous anesthésie : si tout est ok, elle stérilise; sinon, elle euthanasie. Hormis, l'épanchement abdominal, je ne constate aucun symptôme : pas de diarrhée, pas de ventre gonflé, pas de fièvre....
    Est-ce que seul un épanchement abdominal peut être signe de PIF ? Une échographie seule suffit à déterminer la PIF ?
    J'ai peur de laisser faire le vétérinaire, d'un autre côté je n'ai pas les moyens de demander un deuxième avis. Cette chatte est dans mon garage, et ayant 11 chats, je n'ai pas osé faire beaucoup de câlins (j'ai pris des précautions : sacs à mes chaussures, tablier, lavage + désinfection des mains après chaque visite, ...). Je ne souhaite pas que cette chatte se fasse euthanasier ainsi sans avoir reçu l'amour qu'elle mérite. Je ne sais pas quoi faire.
    Merci de m'avoir lue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Difficile de donner un avis sans symptômes....Comment est l'état général de cette chatte ? Si c'est la PIF, il me semble qu'elle devrait être fatiguée et au moins un peu amaigrie.... évidemment, elle vient d'élever 5 chatons, donc difficile de faire la part des choses....Compte tenu de cette découverte fortuite, il me semble qu'il serait raisonnable de différer la stérilisation et de faire un peu plus de recherche ... car non, on ne peut pas poser un diagnostic de PIF sur cette simple échographie, mais peut-être profiter de l'anesthésie pour ponctionner un peu d'ascite si malheureusement il y en a encore....l'aspect est révélateur en général....et si c'est hélas concluant, autant éviter à cette minette d'être réveillée pour quelques semaines de "garage" avec de plus en plus de souffrances pour elle et pour vous....Je sais que c'est dur, mais la PIF c'est encore plus dur....

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour cette réponse rapide. Je soumettrai l'idée de ponctionner l'ascite, je n'y avais pas pensé. Elle ne m'a pas l'air fatiguée, amaigrie oui, mais elle a allaité 5 chatons jusqu'il y a deux jours, et avant cela elle était nourrie au bon vouloir des voisins, jusqu'à ce que je décide de la prendre. Son appétit est très bon. Elle n'est pas acculée dans un coin, elle est vive, elle jouait avec ses chatons. Normalement la stérilisation est reportée car elle a encore du lait. Mais j'ai tenu à faire l'échographie. Cela a l'air sans cœur de la mettre dans le garage mais je dois protéger un tant soit peu mes chats et c'est mieux qu'abandonnée, si tout va bien elle retrouvera vite la liberté. Je lui souhaite de tout cœur.
      Encore merci.

      Supprimer
    3. Si elle a l'air en forme et sans symptômes, j'attendrais pour voir et je remettrais la ponction à plus tard et seulement si ça s'aggrave.... Dans quelques semaines, vous verrez si l'évolution n'est pas bonne....une ponction est pratique pour apporter une confirmation, mais si elle n'a rien de grave, c'est une anesthésie et un risque septique inutile à mon avis....Si tout va bien, vous pourrez la faire stériliser....Je comprends très bien la quarantaine dans votre garage, pas de problème c'est nécessaire pour vos autres chats, mais à ne pas prolonger inutilement si elle a la PIF.
      Je croise les doigts.

      Supprimer
    4. L'échographie a été réalisée et il n'y avait plus du tout de liquide...je suis contente. Comme elle était endormie, elle en a profité quand même pour la stériliser. Merci beaucoup pour votre blog et la rapidité de vos réponses. J'ai vraiment apprécié d'avoir été lue hier soir et d'avoir eu votre soutien.
      Merci.
      Herwine

      Supprimer
    5. Je suis très contente pour votre minette !

      Supprimer
  30. POUR METTRE UN COMMENTAIRE, MERCI DE VOUS RENDRE SUR LA PAGE : PIF 2

    RépondreSupprimer